Fusion-absorption de Thales Université dans Thales Global Services

BriserSuite à l’annonce du projet de fusion-absorption de la société Thales Université -TU – dans Thales Global Services – TGS – décidée par la Direction du Groupe, nous avons demandé une mission d’expertise sur ce projet lors du CE du 19 novembre 2015. Cette mission a été confiée au cabinet SECAFI qui a remis ses conclusions le 17 mars 2016 en réunion de CE.

Nous sommes confortés par le rapport de Secafi dans notre analyse :

  • La motivation principale du projet de fusion-absorption est la simplification juridique et administrative uniquement, avec le souci de faire gagner du temps à la Direction pour se concentrer sur des tâches liées au cœur de métier de l’Université mais au détriment d’un dialogue social officiel.
  • La fusion-absorption en elle-même ne résoudra en rien les questions structurantes de TU (l’« Université du Futur » porteur de notre avenir,  comptes déséquilibrés depuis 2 ans, recapitalisation de TU nécessaire)
  • Par contre elle va priver les salariés de TU des instances représentatives du personnel (Délégués du personnel, élus CE, CHSCT) qui permettaient un dialogue social constructif avec la Direction au périmètre de TU. Et qui nous privera donc de la possibilité de nous exprimer sur le deuxième projet distinct « éventuel déménagement » géographiques du site de TU.

Les sujets les plus structurants pour l’avenir de TU concernent les modalités de déploiement effectif de l’ «Université du Futur» et la notion de «Campus» ne sont pas abordés dans le projet de fusion-absorption. Le rapport SECAFI, tout comme nous, met en exergue la question :

Pourquoi avoir scindé le projet en deux volets ?

  1. Fusion-absorption.
  2. Éventuel déménagement de TU.

Faisons le point sur ces deux projets.

Fusion-absorption

Le 11 avril, les élus de TU seront consultés pour donner leur avis sur la fusion-absorption de TU dans TGS.

Au plus tard le 1er juillet, tous les salariés de TU basculeront dans TGS avec un transfert automatique des contrats de travail.

A cette date, TU deviendra une activité « parmi d’autres » de TGS.

Il n’y a peu ou pas d’impact social prévu à court terme : pas de réduction de personnel annoncée,  même convention collective, mêmes accords Groupes, même cotisation Retraite, un jour de RTT en moins par rapport à TGS.

L’impact sur les fonctions supports sera à surveiller notamment sur le positionnement des salariés en doublon TU/TGS potentiel.

La fusion-absorption implique la disparition des instances représentatives du Personnel et du dialogue social au périmètre actuel de TU :

  • A court terme, cela signifie que les élus et les syndicats actuels de TU n’auront plus de voix officielle et que vous devrez vous adresser à ceux de TGS non présents sur le site et n’ayant pas de connaissance de TU.
  • Nous y voyons un fort risque de dilution des messages et des préoccupations de nos activités dans le cadre d’un CE TGS qui représente 1500 personnes et de multiples activités n’ayant rien à voir les unes avec les autres.

Au vu des éléments fournis et de notre analyse, nous pouvons confirmer que cette fusion n’avait pas d’aspect vital pour le Groupe Thales. Et surtout rien n’obligeait la Direction de TU / TGS à précipiter cette fusion-absorption, qui aurait pu travailler ses 2 projets en parallèle pour proposer  un ensemble cohérent et abouti.

Éventuel déménagement de TU

C’est un projet non mature mais qui part du constat d’un site vieillissant à Jouy en Josas qui ne permet pas de donner un essor plus important à notre Université.

De l’autre côté, il y a l’opportunité de locaux disponibles à Vélizy Helios suite au départ de TAV à Bordeaux.

Cependant :

  • Le site est un élément essentiel de notre activité.
  • Il n’y a pas de projection sur le coût d’une Université sur Helios et le risque est grand d’avoir un projet mené à la « sauce » TGS dès que la fusion sera effectuée.
  • Le propriétaire de Jouy en Josas n’a pas été informé de ce projet et il ne lui pas été demandé si il souhaitait participer à la rénovation du site de Jouy en Josas.

Il y  a un risque de perte de l’identité de TU, sans ligne directrice, avec une activité noyée dans les différents bâtiments de TGS.

Nous demandons

Que la Direction revienne vers le CE et les salariés pour proposer une solution permettant de garder un dialogue social intact, et de suivre le projet de déménagement jusqu’à son terme.

Que la Direction envisage d’autres pistes que Helios comme celle de rester à Jouy en Josas en rénovant le site pour rester dans un esprit Campus tel qu’il a été imaginé et conçu il y a 30 ans.

Que la Direction envisage de créer un établissement TU dans TGS, chose possible au 1er juillet tant que nous sommes sur le site de Jouy en Josas, en regroupant toutes activités du site (SPF, Mobilité, TU).

Nous souhaitons qu’il soit étudier la possibilité de pérenniser cet établissement TU à long terme, même dans le cas d’un déménagement.