Forum France Canada : de l’importance des réseaux d’aide aux salariés – Jeudi 16 novembre 2017

Les pressions sur la performance, l’intensité du travail, (l’augmentation de la violence, la surcharge numérique, les problèmes personnels de toutes sortes : autant de réalités qui engendrent une souffrance accrue des salariés dans les différents milieux de travail.

Afin d’enrayer la montée du mal-être et contribuer à la Qualité de Vie au Travail, certaines organisations ont fait preuve de créativité. C’est le cas de la Fédération des Travailleurs et Travailleuses du Québec (FTQ) qui a instauré dès les années 80 un réseau d’intervenants se préoccupant de la souffrance au travail et hors travail des salariés. Leur rôle consiste accompagner individuellement toutes celles et ceux qui en expriment le besoin en leur proposant des solutions. Ce réseau centre sur la relation d’aide par les pairs utilise des cahiers de ressources et regroupe actuellement près de 3 000 délégués sociaux au Québec.

Dans le prolongement de cette initiative et en coopération avec le Conseil Régional de la FTQ Montréal Métropolitain, des sections CFTC ont amorcé en 2016 la constitution d’un réseau français d’aide en entreprise (Hewlett Packard, Thales, Orange, Microsoft, CEA, HP, DXC…). D’autres réseaux de proximité existent. Comment les fédérer en conservant leurs spécificités et comment aider à en créer de nouveaux ?

A l’heure où le débat se fait dense tant à propos de la transformation des organisations que de la prévention et de la qualité de vie au travail et hors travail, ces réseaux de proximité posent directement la question des stratégies et actions en la matière. De même que la coordination avec les professionnels de la santé au travail. Plus fondamentalement, c’est l’opportunité de partager les approches pour développer un réseau de proximité qui vous est proposée le jeudi 16 novembre autour de cet évènement exceptionnel et gratuit.

« La solution se trouve souvent dans les 10 mètres autour du salarié ».

Témoignages et Mises en Pratique avec :

  • Louise Grenier et Marc Thomas, Coordinateurs-Service des Déléguées et Délégués Sociaux du Conseil régional FTQ Montréal Métropolitain
  • Mélanie Dufour-Poirier, Professeure agrégée à l’Université de Montréal
  • Catherine Le Capitaine, Professeure agrégée à l’Université Laval
  • Jean-Paul Vouiller, Délégué Social en Entreprise et Coordinateur-Réseau DSE CFTC Hewlett Packard Enterprise
  • Jean-Claude Delgenes, Fondateur et Directeur Général de Technologia
  • Patrick Charrier, Directeur Technique et Scientifique de Psya, Docteur en Psychologie
  • Solenne Kerner, Conseillère salariés aidants
  • Georges Potriquet, Consultant-Médiateur
  • Françoise Marechal Thieullent, Avocat
  • Josiane Gonard et Muriel Bricaud, Accompagnatrices en relation d’aide.
  • Association Vers l’Essentiel (Grenoble)
  • Aude Selly, Auteure et Consultante en Prévention des RPS.
  • Centre National d’Agrément en Santé Mentale
  • Catherine Andrieu, Médecin du Travail
  • Patrick Mirot avec Sabrina Boulanger, Chargée de prévention et de promotion de la santé.
  • Harmonie Mutuelle
  • Philippe Boutrel, Association Nationale des Réseaux d’Entraide en Entreprise. CFTC DXC ESF

 

Auditorium Niedermeyer – 13, rue Danton/Mail Raymond Menand – 92130 Issy-Les-Moulineaux

Organisé par l’équipe CFTC HPE et DXC

Inscriptions obligatoires (places gratuites, limitées) : https://www.weezevent.com/forum-france-canada-sur-les-reseaux-d-aide-aux-salaries

Campagne annuelle de dispense d’adhésion aux frais de santé

Conformément aux dispositions sociales du groupe Thales (avenant n°11), les salariés dans les situations figurant ci-dessous peuvent demander à être dispensé d’adhérer au régime collectif obligatoire de soins de santé :

  • salarié THALES qui bénéficie déjà de la couverture collective du Groupe THALES en sa qualité d’ayant-droit (conjoint travaillant à THALES)
  • salarié THALES qui bénéficie déjà d’une couverture obligatoire en qualité d’ayant-droit auprès de l’employeur de son conjoint
  • salarié bénéficiaire de la CMU complémentaire ou d’une aide à l’acquisition d’une complémentaire santé jusqu’à l’expiration de cette couverture ou de cette aide

Pour bénéficier de cette dispense, vous devez impérativement chaque année justifier de votre situation.
Pour cela, vous devez impérativement compléter le questionnaire joint et le renvoyer au Service Administration/Paie accompagné des justificatifs à paie@thalesgroup.com. L’absence de justificatifs ne permettra pas la mise en place ou le maintien de la dispense.

NB : En dehors de ces 3 situations, les salariés restent affiliés au régime frais de santé auprès d’HUMANIS et n’ont pas de formulaire à compléter.

Pour être pris en compte, ce formulaire doit parvenir au Service Paie avant le 31 octobre 2017. Aucune demande ne pourra être prise en compte au-delà de cette date.

La Direction des Ressources Humaines France

Déclaration des élus CFTC au CCE Thales SA – Mardi 3 octobre 2017

Les élus CFTC se prononcent contre le projet de fusions. En effet, si certaines fusions peuvent avoir un sens industriel, l’opération d’ensemble ne présente pas d’objectifs clairs. De plus, ces fusions posent question quant à l’organisation future des sociétés, particulièrement pour les fonctions support, et pour le fonctionnement ultérieur des IRP (Instances Représentatives du Personnel) qui laisse craindre un appauvrissement du dialogue social, lequel n’en a pas besoin dans un environnement changeant.

Par ailleurs, il faut noter que les fusions impacteront directement la participation, ce qui revient à priver les salariés du résultat de leurs efforts en cours d’année.

La Direction pourrait atténuer cet effet négatif si elle voulait s’en donner les moyens.

Négociation d’un accord handicap 2018-2020 – Vendredi 6 octobre 2017

Cette réunion fait suite à celle du 13 septembre et est présidée par Pierre Groisy, DRH France.

Les représentants CFTC demandent :

  1. Une meilleure articulation entre les accords qualité de vie au travail et handicap pour mieux prendre en compte les déficiences de salariés qui ne relèvent pas du statut de travailleurs handicapés. Il faut agir sur une bonne ergonomie de tous les postes de travail en tenant compte des spécificités de chaque salarié. Idem pour l’organisation du travail.
  2. Que la commission sociale Thales intervienne en dernier rang pour aider des salariés en difficultés financières dans la prise en charges de frais liés au handicap.

L’ensemble des participants demandent un objectif d’emploi, alors que le taux d’emploi défini par la loi tient compte des sous-traitances, de majorations pour âge…

Pierre Groisy présente les grandes lignes de son projet.

  • En page 3, nous demandons que des emplois peu qualifiés soient internalisés pour les rendre accessibles à personnes issues du milieu protégé.
  • En page 4, nous demandons que l’accompagnement des étudiants handicapés soit réalisé dès la terminale. Et que le CFA AFTI apporte un soutien pédagogique pour aider les CRP à adapter leurs formations en fonctions des attentes des entreprises.
  • En page 6, nous demandons que le recours aux entreprises adaptées concerne des travaux durables plutôt que des travaux ponctuels, pour donner de la visibilité à ses entreprises sur les charges correspondantes.
  • En page 10, nous demandons que les projets technologiques consistent exclusivement à l’adaptation de technologies Thales au bénéfice de l’autonomie des personnes handicapées. Et, compte tenu de budgets désormais limités le critère de choix doit être le nombre de bénéficiaires potentiels.

Commission centrale anticipation – Mercredi 4 octobre 2017

En préambule, les représentants syndicaux demandent que la situation de l’emploi à TAES soit examinée rapidement.

Présentation de Workday, progiciel destiné la suite e-HR (processus RH sauf la paie, avec laquelle il s’interfacera)

Ce remplacement sera progressif, à partir de février Workday sera utilisé pour le recrutement, puis progressivement étendu pur couvrir l’ensemble des fonctions en 2019. Workday est déjà utilisé dans la plupart des grands pays Thales, il sera ensuite déployé dans les petits pays. Workday contiendra l’ensemble de données RH de Thales, facilitant ainsi une gestion plus homogène. Des questions ont été soulevées quant à la conformité réglementaire de ce produit vis-à-vis de la confidentialité des données personnelles, qui sont protégées au niveau européen et souvent au niveau national en Europe et ailleurs. Mr Bagdassarian Dir. Operating Model RH, qui a fait la présentation, assure que ces aspects ont été vus avec l’équipe Sécurité des Systèmes d’information Corporate et validés, sachant que les données sont chiffrées avec une technologie Thales. L’objectif affiché, outre le remplacement d’outils frappés d’obsolescence (en particulier PGIP), est de redonner la capacité aux équipes RH d’être en proximité des salariés et moins pris par les exigences des processus RH.

GAE TED

Un point est fait par Mr Bourgoin (DRH TED) sur l’avancement de la GAE. Elle apparait bien engagée, la cible de réduction de 255 postes à fin 2019 est accessible, surtout à Vélizy, la situation de Thonon étant plus délicate. Environ 70 postes ont été supprimés à ce jour, et avec les engagés on se situe à environ 130. Par ailleurs, dans le cadre du recrutement de 100 postes destinés à créer ou maintenir des compétences, 18 sont déjà pourvus ; 44 autres recrutements ont eu lieu sur des secteurs hors GAE. Une demande est faite sur la disponibilité de la cartographie des métiers/compétences qui est prévue ; Mr Bourgoin dit que la cartographie a été dressée, et est en cours d’analyse.

Métiers de la Qualité

Mme Demeure (VP Qualité et Satisfaction Client) accompagnée de Mr Madinier (VP Ressources Humaines de la Transformation des Operations) et Mme Ortega (Responsable des Relations Sociales à TGS) est venue présenter les « enjeux » du métier Qualité. On y retrouve un discours ancien sur la nécessité pour ce métier d’augmenter sa valeur ajoutée, de remonter vers la conception et de faire moins de contrôle, d’être plus orienté processus, et in fine une prévision de baisse de l’effectif de l’ordre de 10%… une analyse compliquée des écarts entre compétences actuelles et compétences attendues nous a été présentée, ainsi que des orientations de formation destinées à rallier cette cible. Un message peu convaincant.

Élections CE et DP de Thales Communications Laval – Septembre 2017

Comité d’entreprise Délégués du personnel
Pourcentage Nb d’élus titulaires Nb d’élus suppléants Nb d’élus titulaires Nb d’élus suppléants
CFTC 16% 1 0 0 1
CFE-CGC 30%
CFDT 53%

Élections CE et DP de Thales Communications Brives – Septembre 2017

Comité d’entreprise Délégués du personnel
Pourcentage Nb d’élus titulaires Nb d’élus suppléants Nb d’élus titulaires Nb d’élus suppléants
CFTC 26% 1 1 1 1
FO 20% 1 1
CFDT 54% 3 3

 

Lettre du Comité de Groupe à Patrice Caine – Lundi 15 septembre 2017

Monsieur Patrice CAINE
Président
Conseil d’Administration de THALES SA
68 place des Corolles
92400 COURBEVOIE

Monsieur le Président,

Conformément à l’accord groupe du 20/07/2016, concernant l’application de la loi Rebsamen, le Comité de Groupe a été consulté sur la stratégie de THALES, le 5 juillet 2017.
Comme vous pourrez le voir dans l’avis joint, le Comité de Groupe s’est prononcé contre cette stratégie, pilotée par une vision court terme de la croissance rentable, et en demande une révision, afin d’investir massivement dans les technologies et l’industrie, pour préparer l’avenir à moyen et long terme grâce au développement de l’emploi et des compétences.

La solide santé du Groupe le permet. La responsabilité sociale d’un groupe comme THALES
l’exige.

C’est pourquoi, et conformément à nos accords sociaux, nous souhaitons nous en entretenir avec vous et, pour cela, nous sommes disponibles pour de toutes prochaines rencontres d’échange, entre vous et le Comité de Groupe, via ses représentants.

Dans l’attente,

Nous vous prions de croire, Monsieur le Président, à l’expression de nos salutations distinguées.

Pour le Comité de Groupe THALES
Son Secrétaire . Michel DRID

Copie à Messieurs David TOURNADRE et Pierre GROISY

Négociation sur le droit à la déconnexion – Vendredi 22 septembre 2017

Cette réunion est présidée par Pierre Groisy, DRH France. Il s’agit de la première des réunions à thèmes, consacrée au droit à la déconnexion. Rappel :

 

Lors de cette réunion la CFTC a appelé à la simplicité et la cohérence des principes, rappelé l’importance de la charge de travail, et insisté sur la préparation du futur: il faut avoir une idée de quels seront les outils de demain si l’on veut anticiper un peu ; la CFTC demande donc une présentation sur ce sujet pour le groupe de négociation.

Les différents sujets débattus ont été :

  • L’attribution des outils (push-mail, mobility) par fonction et non par NR (assimilé alors à un outil de « statut »), et en général la digitalisation du poste de travail qui mérite comme le demande la CFTC l’intervention du responsable Digital Factory et Digital Transformation du Groupe,
  • La formation des managers (en particulier distinguer ce qui est urgent et ce qui est important), posant la question générale de l’exemplarité du management, et celle du Groupe dont l’initiative du type « Hackathon » (48 h en continu !) est jugée anti-pédagogique, et le développement du e-learning ambigu,
  • Définition de règles d’or d’utilisation des mails , en gardant en tête qu’il est évident que le droit à la déconnexion ne vise pas seulement les mails, et donc pratiques éventuelles de réunion sans être connecté, voire journée « années 80 » sans réseaux ; la direction rappelle la possibilité d’envoi de mails en différé,
  • L’identification des salariés travaillant à l’international avec des besoins de connexion différents,
  • La charge du travail, sujet qui sera poursuivi lors de la réflexion sur les RPS, et son évocation lors de l’EAA, sachant que la possibilité de faire payer aux projets les heures de connexions hors usine,
  • L’aspect « code de la route » des usages : l’impossibilité d’envoyer des mails après une certaine heure, avertissement par pop-up d’alerte contesté par certains car peu pratique, relevé anonyme des connexions hors heures de travail, mesure de l’ampleur des anomalies,
  • des discussions sur le sujet en réunions collectives et en échange individuel (EAA …).

Principes de politique salariale – Lundi 18 septembre 2017

La réunion est présidée par le DRH France accompagné du VP Compensations & Benefits.

Avant d’aborder les principes de la politique salariale, un débat a lieu sur la finalisation de l’accord de transition dans le cadre des fusions de sociétés ; la participation aux négociations des syndicats représentatifs dans les sociétés actuelles, qui ne le seront pas dans les sociétés fusionnées ; la CFTC a rappelé sa demande que les OS actuellement représentatives dans une société « absorbée » puissent participer aux négociations liée à la fusion (harmonisation des statuts etc…) au niveau de la future société « absorbante » même si elles ne disposent pas du droit de vote.

Sur le projet de l’accord de transition, les organisations syndicales ont souhaité que le texte évoque la concertation sur le temps de travail sans obliger à renégocier l’accord de juillet 2000.

Concernant la politique salariale, la Direction réfléchit à des NAO sur une période de 2 ans au lieu d’un an actuellement, ce qui, selon elle, pourrait donner un peu de souplesse.

Les organisations syndicales rappellent que la politique salariale s’inscrit dans le cadre plus large de la politique globale de rémunérations, qui comporte bien d’autres éléments que le seul salaire, et que la réflexion doit inclure le partage de la valeur ajoutée de l’entreprise entre salariés, actionnaires et investissements dans l’entreprise, y compris les aspects de productivité.

La Direction distingue les NAO, qui portent sur les salaires et le temps de travail, et seront ouvertes en octobre, avec pour objectif la lettre de cadrage à fin octobre, et la discussion plus large sur le sujet des rémunérations, qui est moins contrainte par le calendrier des fusions de sociétés.

Les organisations syndicales demandent que soit abordé le schéma de rémunérations variables, dont les rémunérations différées : les LTI (long term incentive, qui concerne les LR 12 et 11), les MTI (middle term incentive, qui concerne les LR10) et les STI (short term incentive) qui peut concerner les LR 8 et 9 sur décision managériale.

Les organisations syndicales rappellent que la rémunération des salariés ne peut reposer sur la seule performance économique, mais doit aussi prendre en compte le contexte économique et social.

La CFTC rappelle sa demande que les objectifs de rémunération soient communiqués en temps voulu, qu’ils soient lisibles et compréhensibles. La CFTC demande également à aller plus loin dans la simplification des scénarios financiers et dans la réduction de leur nombre afin d’assurer l’équité dans une même équipe.

En fin de réunion, la CFTC exprime son désaccord sur l’organisation de la prochaine réunion sur la Qualité de Vie au travail et les réunions handicap, prévues en groupes de travail ; ceci n’est pas compatible d’un calendrier extrêmement contraint et des ressources syndicales disponibles, de la nécessité d’approfondir et pose une question méthodologique.