Négociation de l’accord Croissance et Emploi – Mercredi 23 novembre 2016

NegotiateCette réunion était présidée par David Tournadre, DRH Thales.

Lors de cette réunion nous avons eu une nouvelle version du projet d’accord « croissance et emploi »  que nous avons discutée :

Intéressement mutualisé : la Direction monte le plafond participation + intéressement de 6 à 6,5% (par société l’intéressement en dessous de ce plafond sera mutualisé puis reversé aux salariés du groupe en France). La CFTC avait demandé 8% afin que la grande majorité des salariés aient plus qu’avant, nous trouvons qu’avec 6,5 l’effort de Thales est insuffisant. La CFE-CGC estime aussi que l’effort de Thales est insuffisant.

Jours de fractionnement : Le nouveau document ne revient plus sur les 2 jours de congés de fractionnement qui seraient donc acquis pour tous les salariés. Il faut que la formulation soit claire afin que cela soit bien appliqué dans toutes les sociétés en France, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui malgré l’accord de 2006.

CET Groupe : la Direction a accepté la demande de la CFTC : augmentation du solde de tout compte après un congés de fin de carrière afin de compenser la nouvelle pénalité de la retraite complémentaire (moins 10% pendant 3 ans).

Forfait en jours sur l’année :

  • Les salariés bénéficiant d’un forfait à 206 jours pourraient solliciter chaque année le bénéfice d’un forfait à 210 jours avec 3% d’augmentation lors du changement.
  • Les salariés bénéficiant d’un forfait à 210 jours pourraient solliciter chaque année le bénéfice d’un forfait à 214 jours avec 3% d’augmentation lors du changement.
  • Ce dispositif repose sur le principe du volontariat et de la réversibilité.

Temps partiel senior : pour la Direction un salarié à temps partiel 80%, à 3 ans de la retraite, peut demander à bénéficier du temps partiel senior (80% payé 85%). Cette information est indépendante de l’accord en cours.

David Tournadre a informé les organisations syndicales représentatives au niveau du groupe (CFTC, CFDT, CGT, CGC) que la direction avait l’intention d’arrêter de négocier si aucun consensus n’était établi et que la dernière réunion serait le 12 décembre.